Rédiger un article percutant pour le web en 10 points clés

Publié le : 28 janvier 2016

Chloe-Duval-conseil-webmarketing-78

Non, en 2016, le blog n’est pas mort, loin de là ! Pourquoi est-il plus que jamais utile de bloguer aujourd’hui si vous êtes entrepreneur ? Voici au moins 10 bonnes raisons pour le faire :

  1. C’est un espace pour montrer votre expertise et inspirer confiance
  2. Sur un blog, vous avez tout l’espace que vous voulez pour vous exprimer, vous n’êtes pas limité (contrairement aux réseaux sociaux)
  3. Un blog, c’est excellent pour travailler votre networking et susciter de l’engagement
  4. Avoir un blog, c’est bon aussi pour la qualité de votre e-réputation
  5. Le blog apporte un bonus à votre référencement naturel
  6. Le blog est un point central dans une stratégie digitale
  7. Il peut même vous permettre de gagner de l’argent dès lors que vous avez une audience suffisante
  8. Rien de mieux pour vous donner l’occasion de pratiquer les outils du web et de rester à la page sur les outils en vogue
  9. Ecrire sur un blog, c’est donner une plus grande pérennité à vos contenus (à la différence des réseaux sociaux)
  10. Enfin le blog est un élément essentiel de votre stratégie d’Inbound marketing, ‘si vous en avez une

Convaincu(e) ?

J’espère que oui, en tout cas je continue en vous présentant en quelques mots ce qui me paraît être les 10 points clés pour un article de blog percutant :

1 – Choisissez le bon sujet

Pour cela, commencez par vous demander qui sont vos clients cibles. N’hésitez pas à “personnifier” chaque type de client en créant un “persona”, un profil détaillé. Je sais, cette étape à elle toute seule demanderait un article entier, mais ce sera pour une prochaine fois :-).

Quand vous les avez identifiés, demandez-vous quelles questions ils se posent. De quoi ont-ils besoin ? Quelles informations recherchent-ils ? Ecoutez les  : de quoi parlent-ils sur les réseaux sociaux ou les forums ? Regardez aussi de quoi leur parlent vos concurrents et les échos qu’ils rencontrent. Enfin n’hésitez pas à demander à vos clients actuels ce qui les préoccupe et quelles problématiques ils rencontrent au quotidien.

C’est en écrivant des articles concrètement UTILES pour vos cibles que vous capterez leur attention.

Ne traitez qu’un sujet principal par article, sinon vous risquez de diluer l’attention de vos lecteurs.

N’oubliez pas votre propre objectif à vous : sensibiliser, convaincre, prouver votre expertise, générer du trafic…? Gardez le à l’oeil.

En utilisant des outils de curation et de veille, vous pourrez collecter facilement de la matière pour nourrir vos articles.

Voici quelques outils de veille et/ou de curation qui vous aideront à assurer votre veille et à écouter le marché, je les utilise régulièrement : Googles alertes, Alerti, Scoop it, Feedly, Delicious, Tweetdeck.

Et puis un outil génial pour classer vos notes, vos idées, et tout garder pour nourrir vos articles : Evernote

Chacun a ses préférences dans les outils : essayez-les, et choisissez celui qui vous convient le mieux !

2 – Soignez votre titre

Le titre de votre article, c’est ce que l’internaute voit en premier. En quelques secondes, il va décider de cliquer sur le lien et de lire votre article – ou pas. Le titre doit donc DONNER ENVIE. Passez un peu de temps sur le titre, vous en serez récompensé(e) !

Pour donner envie d’en savoir plus, ne donnez pas tout, tout de suite. Sachez créer le suspens et l’attente. Soyez clair, indiquez les bénéfices que le lecteur va retirer de la lecture, mais n’en dites pas trop.

Certains trucs marchent bien :

  • utiliser des chiffres (5 clés pour… les 10 questions que vous vous posez sur…)
  • promettre la résolution d’un problème (comment trouver à coup sûr…)
  • s’adresser directement au lecteur (vous n’imaginez pas…)
  • créer un choc, provoquer (Ecrire ? Une activité complètement dépassée…)

Le titre ne doit pas être trop long ! Ce serait dommage qu’il apparaisse tronqué dans votre moteur de recherche, alors restez en dessous de 56 caractères.

N’oubliez pas que la balise Title plait beaucoup à Google pour le référencement, votre titre principal est donc important. Y inclure le mot clé principal de l’article peut être intéressant, si possible au début du titre.

3 – Rédigez … pour le web

Je n’aime pas considérer que la rédaction web est une technique en soi, complètement différente de la rédaction sur papier et inaccessible à quiconque n’a pas été spécifiquement formé – c’est exagéré. Ceci dit, la rédaction web fait appel à quelques ficelles spécifiques.

L’une des raisons de ces spécificités est que l’internaute ne lit pas son écran comme le lecteur lit un support papier. L’oeil “balaye” l’écran de gauche à droite sur une première ligne verticale, puis sur une deuxième plus courte, et scanne le reste rapidement de haut en bas. Le tout forme une sorte de F majuscule. En gros,  80% des gens qui tombent sur votre article lisent le titre et le sous-titre, 20% seulement le corps du texte. Autant soigner la rédaction pour attirer le plus de lecteurs possibles !

Pour cela, structurez votre article

  • Pensez au principe de la pyramide : commencez par l’information principale, dès le début de l’article – entrez progressivement dans les détails ensuite

hierarchiser-ecriture-article-blog

(Schéma tiré du site outils-reseaux.org)

  • Aidez la lecture rapide : utilisez des titres, des sous titres (H2 et H3) et des paragraphes. Les listes à puces facilitent également la lecture et la compréhension. Enfin laissez de l’espace, aérez votre texte

La règle des 3 R peut aider à bien rédiger pour le web :

  • Résumer : allez à l’essentiel, ne diluez pas, évitez les figures de style inutiles. L’écriture web doit dans l’idéal être dense, c’est à dire que chaque mot a son utilité
  • Restructurer : construire son texte de façon à faciliter la compréhension et la lecture rapides (voir mon point précédent)
  • Réécrire : adoptez un ton fluide, léger, facile à lire. Faites des phrases courtes. Ecrivez au présent. Ayez une écriture dynamique. Attention, cela ne veut pas dire “écrivez mal” ! 🙂

4 – Passez du temps sur les visuels

Les visuels qui accompagnent votre article ont une importance considérable dans l’impact que vous allez avoir sur le lecteur. Ils peuvent l’engager à lire cliquer sur votre lien – ou pas. A lire votre article – ou pas. Sur les réseaux sociaux, il est connu qu’un post sans image suscite beaucoup moins d’engagement qu’un post avec un visuel.

Vous pouvez vous amuser avec les images. Cherchez à provoquer, faire rire, intriguer, séduire, en tout cas à parler à l’émotion du lecteur….Dans l’idéal, l’image (ou les images) que vous choisissez ajouteront du sens à votre article.

L’image est aussi un plus pour le référencement (n’oubliez pas le titre et au minimum la balise alt de votre image).

Voici quelques banques d’images qui peuvent vous aider dans votre recherche :

Banques d’images payantes

Fotolia, Getty images, Corbis images

Banques d’images gratuites (ne pas oublier de vérifier les droits d’utilisation/ creative commons)

Flickr, Pixabay, Google images, Everystock, Stocksnap, Freeimages, Unsplash

Pour travailler vos images, tirez partie d’outils en ligne gratuits, très faciles à utiliser et qui peuvent faire un effet boeuf comme Canva, PicMonkey, ou Gimp (plus sophistiqué)

5 – Variez la forme ( et pensez “evergreen”)

Evergreen, c’est à dire ? On appelle “evergreen” le contenu qui peut se recycler de différentes manières, sous diverses formes. C’est assez malin : votre contenu ne vous sert pas qu’une fois, vous l’enrichissez ou le modifiez au fil du temps et vous démultipliez ainsi son impact.

Essayez donc à choisir des sujets qui ne sont pas uniquement liés à l’actualité du jour, des sujets dont vous pourrez encore parler dans un an (sauf si vous êtes journaliste).

Faites l’effort de varier les formats de publication. Les formats possibles sont très nombreux !  Infographie, gif animé, livre blanc, sondage, questionnaire, interview, liste, vidéo etc.

Cela peut prendre du temps, mais les outils se multiplient pour vous aider à en gagner. Par exemple, pour créer une infographie rapidement, allez voir Piktochart, infogr.am ou easel.ly. Pour créer un gif à partir d’une vidéo, rendez-vous sur gifs.com. Pour créer un gif à partir d’un slide share, essayez gifdeck.

6 – Faites des liens

Deux raisons pour faire des liens :

  • le confort du lecteur : proposez lui plus d’information sur des sujets qui l’intéressent, il n’aura pas à faire la recherche lui-même
  • le référencement : Google apprécie les liens que vous faites dans votre article, c’est un des critères qui entrent dans son  évaluation de votre expertise

Pensez donc à faire des liens internes : quand vous abordez un sujet qui a fait l’objet d’un article sur votre blog, faites un lien vers cet article. Les liens externes (vers des sites externes à votre site) sont aussi bienvenus. Mais restez mesuré(e), n’abusez pas des liens : trop de liens finit par rendre Google méfiant, et risque de lasser le lecteur – voire de le faire définitivement sortir de votre page. Ne mettez que les liens qui vous semble importants.

Et si vous invitiez quelqu’un d’autre à écrire sur votre blog ? Vous gagnerez du temps (yes!) et vous gagnerez en visibilité puisque le rédacteur invité va faire un lien vers votre site (et vice versa)

7 – Recherchez l’interaction

Pour créer une interaction avec vos lecteurs, n’hésitez pas à leur demander leur avis, à les interpeller, à faire appel à leur témoignage d’expérience : montrez votre intérêt pour leurs retours et leurs réactions.

Pensez à ouvrir les commentaires pour votre article, pour permettre aux lecteurs de réagir s’ils le souhaitent. Personnellement je préfère une modération a posteriori (le lecteur peut publier son commentaire, vous avez la possibilité de le supprimer ensuite si cela est nécessaire), mais cela dépend bien sûr des secteurs et des sujets. Lorsqu’un lecteur poste un commentaire, pensez à y répondre ou à le remercier.

Parler de soi, être un peu personnel dans son texte est aussi une façon de créer un lien avec le lecteur et de favoriser une interaction.

8 – Diffusez sur le web

Toujours bon à rappeler : lorsque vous publiez votre article sur votre blog, diffusez-le largement sur le web. Pensez aux réseaux sociaux, pensez à votre newsletter, pensez flux RSS, pensez à youTube ou Viméo si l’article contient une de vos vidéos etc. Ne le faites pas qu’une fois, mais plusieurs fois, à quelques jours ou quelques semaines d’intervalle, à des heures différentes…Vous toucherez un public différent.

Si vous pensez que le contenu de votre article peut intéresser spécifiquement certaines personnes, “tagguez” ces personnes sur votre publication, pour être sûr(e) qu’il ou elle la voit.

Pour vous éviter un travail fastidieux, automatisez le plus possible. Des outils comme Buffer, Hootsuite ou limber vous aideront à programmer vos publications à l’avance.

Des outils comme IFTTT ou sociallymap sont là pour vous faciliter la tâche de diffusion sur les différents réseaux.

9 – N’oubliez pas les détails

Voici les détails auxquels je pense

  • La date

sur votre blog, programmez l’indication automatique de la date de votre article ! Il n’y a rien de pire qu’un article non daté. Comme tout évolue très vite sur le web, si on ne connait pas la date de l’article on n’a pas envie de le lire ni de l’utiliser

  • L’auteur

ça peut paraître évident…mais si vous écrivez ailleurs que sur votre blog, n’oubliez pas d’ajouter des informations sur vous. Vos centres d’intérêt, votre métier, un lien vers votre site ou votre page LinkedIn/ Viadéo

  • L’URL de l’article

Elle doit être lisible et compréhensible pour l’être humain, les mots séparés par des tirets. Elle doit indiquer le contenu de l’article que l’internaute va trouver en cliquant sur le lien

  • La méta description

Ne l’oubliez pas, c’est elle qui apparaît dans les résultats de recherche Google sous le titre et l’url. A défaut, google choisira la méta description tout seul et cela risque bien de ne pas être ni compréhensible, ni très percutant ! Utilisez la méta description pour donner envie aux lecteurs potentiels.

  • Les tags

Pour faciliter la recherche de l’internaute sur votre site, il ^peut être utile d’ajouter des tags ou étiquettes à votre article. C’est un confort de plus pour vos visiteurs.

10 – Osez !

Finalement, c’est le meilleur conseil. Oubliez tout ce que vous venez de lire et lancez-vous sans essayer de suivre un livre de recettes. Car c’est en étant spontané, en accord avec votre personnalité et en trouvant votre façon d’écrire que vous pourrez séduire le lecteur. Cherchez le style qui vous fait plaisir, trouvez le ton qui est le vôtre et osez vous démarquer.

Vous avez peur de vous dévoiler ? C’est pourtant cela même qui rend l’article intéressant pour vos lecteurs : ils aiment sentir votre personnalité, entrevoir la personne derrière l’écran. Restez vous-mêmes, inutile de vous inventer un personnage ! Restez modeste, authentique, partagez votre expérience : c’est très apprécié par les internautes.

Vous écrirez d’autant mieux que vous êtes à l’aise avec votre sujet. Ecrivez sur un thème que vous connaissez bien, qui vous passionne ou vous touche : cela se ressentira dans la qualité de votre écriture. A vous de trouver votre sujet, drôle ou sérieux, léger ou grave, technique ou émotionnel…

Allez-y, “même pas peur” !

Chloé Duval, société IntoTheWeb, accompagne les PME à la conquête du web !

www.intotheweb.fr