Emmanuelle Putaux

Publié le : 5 février 2018

Bonjour Emmanuelle, que fais-tu dans la vie ?

J’aide les entrepreneur(e)s à trouver des clients autrement qu’en utilisant le téléphone, principalement en les formant au « bouche-à-oreille numérique ». Je leur explique le fonctionnement de Google, Linkedin, Facebook, Twitter et du marketing digital en général. En formation ou en coaching, pendant 2 heures, 4 heures, 8 heures… je les accompagne en fonction de leurs besoins.

J’interviens également dans les entreprises pour former les commerciaux au « social selling » (vente via les réseaux sociaux), les chargés de communication ou assistantes au Community management. Je passe aussi parfois une demi-journée avec des dirigeants qui veulent comprendre le langage de leur service marketing et maîtriser leur e-réputation.

Comment t’es venue cette idée ?

A peine sortie de l’université, j’ai signé pour un job de commerciale : j’ai donc pratiqué au quotidien ce que je vivais comme une corvée : la prospection téléphonique. J’étais alors très timide… et appeler un inconnu pour le convaincre en 20 secondes de m’accorder un rendez-vous me faisait vivre dans une angoisse permanente, avec une alternance de découragement et d’aversion. Je rêvais secrètement de créer mon entreprise : les idées se multipliaient, mais aucune alors ne me paraissait suffisamment sérieuse pour tenter l’aventure.

En 2000, j’ai enfin dit adieu à la prospection téléphonique pour intégrer une start up qui lançait un site internet trilingue, portail d’informations et de services dédiés à la mobilité internationale. En tant que directrice de projet, j’ai découvert le monde merveilleux d’internet ! Hélas, au bout de deux ans et malgré l’audience en croissance chaque mois, le business model n’était toujours pas rentable et l’investisseur a cessé d’investir.

Retour à la case départ : un ancien collègue m’a alors proposé de devenir la directrice commerciale d’une société qu’il créait avec deux associés. Participer à la création d’une entreprise était trop tentant ! Et je ne l’ai pas regretté, car on en a fait une belle boîte de douze personnes.

En 2009, 13 ans d’expérience professionnelle, deux enfants, un bilan de compétences et quelques formations plus tard, je me suis enfin lancée dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Et je me suis promis de NE PLUS JAMAIS PROSPECTER PAR TELEPHONE !

Nous sommes en 2017 et, à ce jour, je n’ai jamais eu besoin de le faire. On peut donc bien développer son chiffre d’affaires grâce à d’autres moyens. C’est cela que je transmets à mes clients.

Tu travailles seule ou en équipe ?

La liberté que j’ai gagnée en me mettant à mon compte, je n’envisage pas une seconde de l’abandonner en embauchant. En revanche, je ne travaille pas seule : je délègue certaines tâches ou missions à d’autres indépendants dans la même dynamique : je trouve cette relation beaucoup plus saine et équilibrée.

Quel statut as-tu choisi ? Où es-tu installée ?

J’ai démarré grâce au statut d’auto-entrepreneur en 2009, puis j’ai créé une société en SASU[1] en 2013. Je partage un bureau avec d’autres indépendantes près de la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines, à Montigny, mais je travaille le plus souvent chez mes clients ou chez moi, près de Thoiry.

Une nouvelle ère, c’est le nom que tu as choisi pour ton entreprise. Tout un programme ! Peux-tu en dire plus ?

Ma première cliente avait besoin d’un site internet, c’était en 2009. Une fois en ligne, elle m’a dit « Merci Emma, grâce à toi j’entre dans une nouvelle ère… ». J’ai trouvé l’expression formidable : optimiste et positive, idéale pour parler de mon activité !

Ce qui te ressource ?

Les dîners entre ami(e)s et danser toute la nuit…

J’ai aussi besoin d’apprendre, toujours apprendre plus, sur la psychologie, les neurosciences, le développement personnel. Et comme mes journées sont trop courtes car je dédie beaucoup de temps à mes enfants de 9 et 11 ans, j’ai opté pour des livres audio, idéal pour transformer un trajet en voiture ennuyeux en un merveilleux moment d’apprentissage !

Une anecdote ?

En 2011, j’ai été interviewée par une jeune femme dont le blog s’intitulait « Maman travaille »… Aujourd’hui, elle est Secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes hommes : il s’agissait de Marlène Schiappa !

Elle a écrit plusieurs essais sur ce sujet et notamment « Le Plafond de Mère », concept très intéressant sur lequel elle est revenue récemment dans un article du Huffpost.

Tu es la présidente de CréActives : pourquoi cet engagement ?

En 2011, j’ai représenté la France au sommet international le « G20 des Entrepreneurs » avec une cinquantaine d’autres dirigeants français. C’était une expérience incroyable : je me suis retrouvée au cœur d’un écosystème mondial qui travaillait pour la croissance économique. Je devenais plus qu’une simple consultante isolée à la recherche de nouveaux clients ! Suite à cela, j’avais besoin de ressentir à nouveau cette connexion et je me suis impliquée bénévolement pour la promotion de l’entrepreneuriat au sein de diverses associations, notamment la Fédération des Auto-Entrepreneurs (FEDAE) dont j’ai été la secrétaire durant un an.

Les réseaux purement féminins ne m’attiraient pas, mais j’ai échangé sur ce sujet avec Maïté Debeuret, une dirigeante très impliquée dans l’entrepreneuriat féminin, et elle m’a répondu « Si être femme et entrepreneure ne te pose pas de problème, alors tu peux aider celles pour qui c’en est un… ». Et cette vision des réseaux féminins m’a tout-de-suite beaucoup plus séduite. J’ai adhéré à CréActives en 2012 puis, en janvier 2015, quand la présidente de l’époque, Nathalie Leroy, a souhaité passer la main, j’ai été élue pour lui succéder.

En janvier 2018, après avoir impulsé plusieurs innovations, tu entames ton 4e mandat… Quel est ton secret pour développer ton activité et celle de l’association ?

Je suis une personne optimiste et je ressens le besoin de partager : transmettre et connecter les gens entre eux fait aussi partie de mon ADN. Je suis aussi un peu hyperactive, avec une idée à la minute, et toujours l’envie de faire des choses nouvelles. Avec CréActives, j’arrive à mettre cette énergie positive au service d’une cause qui me tient à cœur : la promotion de l’entrepreneuriat pour tous.

Plus concrètement, j’apprécie énormément le fait que CréActives soit une façon de faire fonctionner la mythique « solidarité féminine », car j’ai toujours le sentiment, lors des divers rendez-vous de l’association, que l’on se retrouve « entre bonnes copines », que l’on se connaisse déjà ou non.

Avec l’activité professionnelle qui se développe et, depuis septembre, des déplacements en province plusieurs fois par mois, difficile parfois de tout mener de front mais je ne m’en plains pas : ce défi permanent m’oblige à remettre mes priorités en question, réorganiser mon temps et trouver de nouvelles solutions pour devenir plus efficace. Idéal pour éviter la routine et sortir de ma zone de confort !

 

Contact

Son site : www.une-nouvelle-ere.fr

Son profil Linkedin : http://fr.linkedin.com/in/emmanuelleputaux

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/alaubedunenouvelleere

Son email : emma.putaux@une-nouvelle-ere.fr

[1] Société par actions simplifiée unipersonnelle